• Notre deuxième endurance

    Endurance du 23 octobre à Montendre.

     

    Dimanche dernier nous avons participé pour la deuxième fois à une endurance. Nous étions inscrits en Club 3 -20 km. Le but était donc de parcourir les 20 km à un rythme soutenu entre 10 et 12 km/h tout en préservant son cheval. Dans un premier temps nous sommes allés récupérer notre dossard avant d’effectuer un pansage complet puis se diriger vers le contrôle vétérinaire. Le vétérinaire vérifie l’état de santé général du cheval, prends sa fréquence cardiaque et nous demande de le faire trotter en ligne droite. Nous partons avec une fréquence cardiaque de 32 et un petit doute sur la franchise du trot de mon cheval qui, je l’avoue, est raide. Les juges et le véto ont finalement décrété et je cite « oh c’est la graisse qui ballote. *rire* ». Nous sommes repartis seller avant de se placer sur la ligne de départ. Nous sommes partis pour 10h04 et avions donc 1h47 pour parcourir les 21,4 km à un rythme se rapprochant le plus des 12 km/h. Le parcours en lui-même c’est très bien dérouler, les deux chevaux ont été adorables et ont conservé un rythme régulier tout le long. De plus le terrain sableux était très agréable et le parcours plutôt bien balisé (Fléchage de couleurs différentes suivant la catégorie et balisage des kilomètres 5 par 5). Un kilomètre avant la fin nous avons bien pris le temps de faire marcher les chevaux afin de les faire récupérer et faire descendre le cardio. Nous avons finalement passé l’arrivée à 11h51.

     

    À partir de ce moment nous avons eu 30 min pour desseller, sécher, vérifier les potentiels bobos et refroidir les chevaux avant de retourner au contrôle vétérinaire final. Le vétérinaire vérifie les mêmes choses qu’au départ. À ce moment-là Mata décidé de nous faire une grosse blague ! Le contrôle se faisait sur un parking de sable et calcaire et là… 1 minute avant de m’avancer vers le vétérinaire, je l’aperçois boiter… Je me « jette » sur l’antérieur qui semble être toucher, le soulève et m’aperçoit qu’il y a un caillou de la taille d’un demi-poing coincé entre le fer et la fourchette ! J’ai halluciné. Il venait de ce le bloquer à l’instant puisque j’avais bien vérifié les quatre pieds avant de me rendre au contrôle et il ne boitait pas. On lui a donc enlevé et j’ai pu effectuer le contrôle véto. Évidemment lors du passage au trot il était encore plus raide qu’à l’allée et les juges ont tiqué. Mais ils ne l’ont finalement pas pris en compte car on voyait bien que la « boiterie n’était pas franche ». Sinon cela aurait vraiment été un coup de malchance. Nous nous en sommes donc sorti avec un total de 38,84 points grâce à une moyenne de 11,991 km/h et un cardio d’arrivée de 36 et terminons 4ème/ 18.

     

    Je suis plutôt fier de mon cheval qui n’a pas forcément eu un entraînement adéquat, de plus il est effectivement plus gros et plus massif que certains et ne paye pas de mine. Mais il a donné beaucoup comme toujours et s’en est plutôt bien sorti pour sa deuxième endurance. On reviendra, je pense que l’endurance peut bien se marier avec le TREC. Je recommande à tous les cavaliers curieux de tester cette discipline même à un petit niveau !

    Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le commenter, partager et aimer.

     

    Avez vous lu l'article précédent ? -->

     

    « Qui sommes nous ?5 bonnes raisons de se mettre au TREC. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :